Devenir organisée – Partie #1

maison rangée propre

Par Amélie

Cet article est le premier d’une série dédiée à l’organisation et à l’allègement de la charge mentale. Après des tas d’essais – plus ou moins – concluants, de lectures, d’heures de réflexion … J’ai enfin le mode de vie adéquat. Celui qui fait que je n’ai plus l’impression de faire d’effort.
Cette semaine, nous démarrons par un GRAND sujet : le ménage !

Le lendemain d’une fête d’anniversaire, une amie qui avait dormi à la maison se lève et va prendre sa douche. Je me lève en même temps qu’elle. Elle sort de la douche et me dit « wouah, on dirait qu’une fée est passée et a mis un coup de baguette magique ! » Ce souvenir m’est revenu à l’esprit quand un membre de ma famille m’a dit récemment que ma maison était toujours nickel, propre et bien rangée, et que je devais être sacrément maniaque … 

Ben non en fait. Je ne suis pas Wonder Woman. J’ai juste des astuces qui font que je maintiens ma maison propre et rangée, l’air de rien. Je ne dis pas que mon système est infaillible, oh non non non, il m’arrive d’avoir du retard dans mon ménage et une panière pleine de linge sale … Mais ça reste occasionnel. Je précise que je travaille à temps plein et que je suis mère de famille, j’ai donc tout un tas de bonnes raisons d’être débordée. Allez, en fille sympa, je vous file quelques tuyaux !

La répartition des tâches au sein du foyer

Si, comme moi, vous vivez en couple, alors vous êtes hyper concerné(e). Je pensais réellement que mon conjoint en faisait autant que moi. Et puis un jour, j’ai fait le calcul, et là, les comptes sont pas bons Kevin.
Ce que je vais dire concerne aussi les conjoints qui ne s’impliquent pas du tout. Et pas que les femmes … en 2020 il y a tout un tas d’hommes qui en font plus leur partenaire !

Donc un jour, je dis à mon mec de s’asseoir sur le canapé, je prends deux feuilles et un stylo, et lui demande de me lister toutes les tâches qui incombent à la vie d’une maison.

On écrit : passer l’aspirateur, la serpillière, faire les poussières, les vitres, les courses, la cuisine, la vaisselle, mettre la table, débarrasser, gérer le linge, le repassage, ranger la maison, sortir les poubelles, nettoyer le frigo, le four, le micro-ondes, les plans de travail, passer la tondeuse, arroser les plantes, nettoyer les wc, la douche, la baignoire, les lavabos, changer les draps des lits, faire les lits, changer les serviettes et torchons, mais aussi des choses auxquelles on ne pense pas, comme les rdvs médicaux de notre fils, les relations avec la crèche, gérer la paperasse, faire les comptes, organiser les vacances, l’anniversaire du petit … 
Puis, on note à côté à combien de temps on estime la durée de la tâche sur une semaine. Mince, on est déjà crevés rien que d’y avoir pensé.
Sur la seconde feuille, on mets deux colonnes : lui et moi. Et là, on indique chacun les tâches que l’on fait actuellement et le temps que cela nous prend à côté de la tâche. En bas de chaque colonne, le total.
Et là, c’est l’angoisse. On frôle l’asphyxie. Je passe trois fois plus de temps que lui à gérer les tâches ménagères ! HELP !

Le fait d’avoir ce calcul sous les yeux lui a fait prendre conscience du déséquilibre dans notre couple et de la frustration que cela pouvait occasionner chez moi. J’avais beau en faire toujours plus, la maison n’était jamais nickel parce que le défi était impossible à relever seule. De son côté, il ne savait même plus où étaient rangées les choses, avec quoi je nettoyais la salle de bain …
Donc on a indiqué via des flèches les tâches qui basculaient dans sa colonne. Pour qu’il s’y tienne, conseil très important : je l’ai laissé choisir les tâches qu’il voulait récupérer, tout en conservant celles que ça ne me dérangeait pas de garder.
Et si vous avez peur qu’il/elle oublie, accrochez la feuille sur le frigo.

J’ai aussi lu le livre « La charge mentale des femmes (et celle des hommes) » du Dr Aurélia Schneider et j’en ai tiré un super conseil : quand je fais quelque chose, je le verbalise. Je le dis à haute voix, devant le reste de ma famille. Genre j’attends une médaille. Et bien mine de rien, mon conjoint prend conscience de tout ce que je fais dans la maison et mes efforts ne passent plus inaperçus. En plus, c’est contagieux, ça lui donne envie de faire des efforts aussi.

Exit la charge mentale

rester zen

Quelques astuces qui m’ont permis de simplifier mon quotidien.

  • Le meilleur conseil que je puisse vous donner : RITUALISER les choses. Développer des habitudes, qui, l’air de rien, permettent d’en faire un peu chaque jour et de ne pas passer son samedi à faire le ménage.
    Par exemple, je lave mes serviettes de toilette tous les mardis. Je n’ai plus à me demander quand je les ai lavées pour la dernière fois et je ne m’en occupe jamais le weekend. Comme ça, je suis sûre qu’elles sont lavées une fois par semaine. Ou encore, se dire qu’on fait le repassage le lundi soir, nettoyer la salle de bains le mercredi, passer l’aspirateur le jeudi … Le weekend, la maison est toute propre et il ne reste presque plus rien à faire. Et il ne s’écoule jamais plus d’une semaine entre chaque tâche. Puis ça évite de tout faire en quatrième vitesse avant de recevoir des invités … 

  • Si j’ai décidé de faire quelque chose, je ne fais pas rien d’autre tant que je n’ai pas terminé. Exemple : j’ai ma panière de linge sale dans les mains, je veux lancer une machine, quand j’aperçois des miettes qui me narguent par terre dans la salle à manger. Irrésistible envie de poser ma panière pour prendre mon aspirateur. Alerte charge mentale -> c’est le meilleur moyen pour ne plus savoir dans quel ordre faire les choses. Donc d’abord, je mets ma machine, et ensuite je sors l’aspirateur ;

  • Arrêter de procrastiner. J’ai acheté des vêtements neufs ? J’enlève les étiquettes tout de suite et je les mets à laver. J’ai pris le courrier ? Je l’ouvre et je le trie tout de suite.

  • J’ai acheté une bible culinaire : « Mieux manger toute l’année« , de Laurent Mariotte. Ce livre me permet de ne plus avoir à réfléchir aux repas que je fais le soir en semaine, ni à ma liste de courses. Quand une recette ne me dit rien, me semble trop longue ou que je dois acheter trop d’aliments que je n’ai pas, je la twiste à ma façon, ou bien on mange des restes ;

  • Oui, on mange des restes car je cuisine toujours en plus grosses quantités. Comme ça, soit on a de quoi manger pour le lendemain ou le surlendemain, soit je congèle l’excédent pour dépanner ;

  • Désencombrer régulièrement. Ce sujet fera l’objet d’un article dans la série.

Dans le prochain article, je vous dis comment gagner du temps au quotidien !

Autres ARTICLES

Vous avez aimé cet article ? Alors découvrez en d’autres !

Gravity Cake Travaux

Le gravity cake

Ce gâteau est idéal pour un anniversaire d’enfant, et permet de laisser libre cours à son imagination. Je l’avais fait pour les trois ans de

Lire la suite »